Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pour un port sécurisé sur l'île du Levant

Pour un port sécurisé sur l'île du Levant

Danger ! le débarcadère de l'Ayguade de l'île du Levant n'est pas protégé. MOBILISONS NOUS pour un petit port bien abrité !

Grande Commission Nautique du 17 avril 2007 2/2

A la suite de la présentation, il est rappelé et confirmé par tous que ce projet répond à l'exigence de renforcer les ouvrages de protection du port de l'Ayguade pour assurer en toute sécurité maritime les opérations et mouvements portuaires, nécessités par le besoin d'assurer la continuité territoriale de l'île.

Le président note ensuite la grande qualité des dossiers techniques fournis préalablement aux membres de la commission et la complétude des études et essais, dans le domaine maritime, sur lesquels s'appuient les différents projets et notamment les trois solutions proposées (n° 2, 2bis et 5).

En réponse à une question de M. Milcamps, une discussion s'engage sur la notion de jours d'indisponibilité du port pour raison météo. M. Olivier précise en particulier que même dans des conditions praticables d'accès au port, les opérations d'embarquement et de débarquement des passagerssont parfois difficiles. Il est convenu que le tableau de synthèse présentant l'évaluation des différentes solutions mériterait d'être explicité sur ce point, en particulier sur les critères de faisabilité adoptés pour les embarquement/débarquements de passagers, à l'instar de ceux retenus pour définir les notions de disponibilité du port.

La suite des discussions a essentiellement porté sur les deux principaux points identifiés comme ressortissant de la grande commission nautique :

  • l'impact sur la sécurité nautique des  trois solutions proposées :  « Diguette », « Sifflet »,« Jarlan » ;
  • la finalité et le besoin des opérations de déroctage. 

1-Le président, après s'être fait confirmer que la sécurisation du port était bien l'objectif principal du projet, fait observer que d'une part seuls les projets comportant une véritable digue sud répondent à l'objectif et que d'autre part les simulations et essais réalisés dans le cadre des études de dimensionnement des ouvrages montrent bien que la configuration n°2 du projet (solution « Jarlan » consistant en une « digue courte absorbante fondée au rocher ») apporte une « amélioration notable » de l'accessibilité, par rapport aux autres et en particulier, par rapport à la configuration n°2bis (solution « Sifflet » consistant en une « digue pleine de largeur réduite »). Dans le tableau de synthèse présenté récapitulant les critères de comparaison des différentes configurations proposées, seul est mentionné le niveau de protection supérieur des postes de mouillage en hiver apporté par la configuration 2. Or il s'avère que le choix d'une digue pleine, du fait de la réflexion de l'ouvrage, risque également d'entraîner

  •  « une agitation résiduelle devant l'entrée du port en condition normale d'exploitation qui pourra en gêner l'accès,
  • une houle incidente devant l'ouvrage et dans la passe ,
  • une agitation dans l'avant port augmentée de 10 à 20 % ,
  • une augmentation sensible de l'agitation dans le bassin intérieur ».

A l'unanimité, les membres de la commissions se prononcent pour le choix de la configuration n°2 avec digue sud absorbante (« Jarlan »), qui assure les meilleures conditions de sécurité en cas de mauvaises conditions météorologiques et de mer, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du port, pour les manœuvres portuaires d'accostage/appareillage et d'embarquement/débarquement de passagers.

Les membres de la commission représentant le transport de passagers précisent, par ailleurs, que la différence de largeur de la passe d'entrée entre les projets « Sifflet » et « Jarlan » est sans impact. M. Pegliasco se fait cependant l'écho des inquiétudes de la SNRTM, non représentée, qui considère que la passe n'est pas suffisamment large. En l'absence de données et critères objectifs, les membres de l'assemblée qui n'ont pu eux-mêmes en identifier, ne donnent pas suite à cette remarque.

2-L'opération envisagée de déroctage du haut fond rocheux intra portuaire est ensuite exposée. Elle consiste à araser un haut fond de gneiss, positionné dans le SW de l'appontement actuel. Il représente dès à présent un risque pour la navigation de bâtiment calant 1.50 m lors des manœuvres d'accostage/appareillage par temps de Mistral, et deviendra un danger après la construction du port puisqu'il sera situé dans le prolongement du nouvel appontement. Cette opération est considérée comme nécessaire, par l'ensemble des pratiques locaux en particulier par les représentants des sociétés de transport, et cela, dès à présent et quelle que soit la solution technique ultérieure retenue.

3-De même, la mise en place d'une signalisation lumineuse est demandée par l'ensemble des pratiques locaux afin de sécuriser les approches de nuit : signalisation du futur ouvrage portuaire mais également, dès à présent, de la bouée existante, compte tenu de l'activité nocturne actuelle. A propos de signalisation, les représentants des sociétés de transport signalent également que le balisage littoral des zones de mouillage organisé et des activités de plage dans la zone des 300 m ne devra pas entraver la zone de manœuvre extérieure située au droit des digues.

4-Pour ce qui est du capteur de houle à disposer aux abords du port, il est précisé qu'il permettra de mesurer en temps réel, à l'ouvert de la passe d'entrée, l'agitation générée tant par la houle de sud que par le clapot levé par le mistral. La position retenue est convenable, permettant d'une part de mesurer les paramètres recherchés et d'autre part ne gênant pas les accès au port. L'utilité de cet outil pour anticiper sur l'annulation éventuelle des opérations de transport ou le choix du port en cas d'évacuation de l'île est accidentelle a été admise.

5-Enfin, le président signale qu'en préalable à toute approbation et démarrage du chantier, il sera nécessaire de définir sous forme d'une convention ou d'un protocole, les modalités d'une éventuelle coopération avec la marine nationale, notamment pour ce qui concerne les conditions exceptionnelles d'utilisation de Port-Avis sous tendues par le projet.

L'avis émis par la commission, adopté à l'unanimité par les huit membres permanents, de droit et temporaires, fait l'objet de la conclusion ci-dessous.

CONCLUSION

La grande commission nautique s'est réunie le mardi 17 avril 2007, pour émettre un avis sur le projet de remise aux normes et en sécurité du port de l'Ayguade tel que décrit au paragraphe 1 du présent procès verbal.

La commission confirme la nécessité du projet du point de vue de la sécurité nautique dans la perspective du maintien de la continuité territoriale.

Elle émet un avis favorable à ce projet et préconise de retenir la configuration «jarlan » qui assure l'amélioration la plus notable en matière de sécurité nautique d'accès au port et sur le plan d'eau intérieur, essentiellement pour les transports de passagers.

Elle émet les recommandations suivantes

 sans attendre la poursuite du projet, une signalisation de nuit est nécessaire en particulier pour les transports effectués de nuit et les évacuations sanitaires. De même le déroctage envisagé dans le projet est à réaliser au plus tôt compte tenu de son importance vis-à-vis de la sécurité nautique des mouvements portuaires actuels ;

 il n'est pas souhaitable de mettre en place un balisage du chenal d'accès pour ne pas gêner les manœuvres de retournement effectuées systématiques à l'extérieur du port ;

 à la clôture des travaux, les nouvelles caractéristiques nautiques du port seront transmises au Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM) pour la mise à jour de la documentation nautique (Carte Marine, Instructions Nautiques...). 

Archives

Articles récents