Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pour un port sécurisé sur l'île du Levant

Pour un port sécurisé sur l'île du Levant

Danger ! le débarcadère de l'Ayguade de l'île du Levant n'est pas protégé. MOBILISONS NOUS pour un petit port bien abrité !

Synthèse du projet du Conseil Général du Var


Synthèse du projet de réhabilitation du port de l’Ayguade du Levant

D’après la présentation du Conseil Général du Var en 2007

Port départemental de l’Ayguade - Île du Levant

Présentation du projet de remise aux normes et en sécurité du port de l’Ayguade

Opération de déroctage avec déplacement expérimental de Posidonia Océanica

 

Le port de l’Ayguade du Levant est protégé du mistral par l’épave du Benzène qui a un impact estimé sur les biocénoses de 250 m2. Cette protection devrait disparaître complètement entre 2009 et 2014.

Il n’existe depuis toujours aucune protection contre les tempêtes de sud.

On constate aujourd’hui en moyenne 13 jours par an d’indisponibilité du port (7 à cause des houles de sud et 6 dus au mistral dont 1 en été)

Suite à la disparition de l’épave, on prévoit 57 jours/an d’indisponibilité (7 à cause des houles de sud et 50 à cause du mistral dont 10 en période estivale).

Le port de repli est le port militaire de l’Avis, site stratégique, qui ne peut accepter de voir débarquer plusieurs dizaines de personnes.

Se posent également le problème de l’évacuation de l’île en cas d’incendie et l’inquiétude des armateurs en cas d’indisponibilité prolongée du port de l’Ayguade en pleine saison d’été.

 

Le projet comprend deux étapes :

  • Une opération de déroctage
  • Une remise en état par des digues de protection du port.

 

Une vaste concertation s’est déroulée à l’automne 2003 :

Elle a recueilli 902 avis dont 200 de propriétaires ou résidents. 83 % étaient favorables à un projet de remise en état.

Les principes suivants ont été retenus

  • Conservation de la grève et de l’espace de convivialité sur la digue nord
  • Cheminement en bois sur la digue nord et sur la grève
  • Absence de station d’avitaillement
  • Point propre
  • Création d’une mise à l’eau pour les personnes à mobilité réduite

 

La surface dégagée suite à l’enlèvement de l’épave serait de 250 m2

Cette épave est une source de nuisances

- Pour la sécurité des mouvements des navettes (morceaux arrachés qui peuvent se retrouver dans la zone d’accès au port )

- Pour la conservation des herbiers de posidonies (morceaux arrachés et emportés )

 

Le projet retenu comporte pour les ouvrages extérieurs

  • Un tenon ouest de 33,5 mètres (partant du bout de l’enrochement existant vers le sud) destiné à la protection contre le mistral
  • Un ouvrage sud essentiel pour la réhabilitation du port car créant une protection contre les houles de sud. Trois variantes sont proposées :
    • Une diguette de 33 mètres qui n’a pas d’impact direct, qui n’apporte pas d’amélioration pour l’accessibilité du port mais qui protège les infrastructures portuaires
    • Une digue sifflet de 44 mètres, qui a un impact direct sur 13 taches de posidonies
      (2,9 m2) avec déplacement expérimental si avis favorable de la Commission Nationale de la Protection de la Nature et qui améliore l’accessibilité du port.
    • Une digue dite Jarlan de 44 mètres avec un impact direct sur les posidonies plus important (18,5 m2) et améliore notablement l’accessibilité du port

(C’est cette dernière solution qui a été choisie par la Grande Commission Nautique du 17 avril 2007 )

  

L’opération de déroctage et de déplacement d’herbiers de posidonies

Elle consiste à retirer le point haut situé entre le quai existant et le promontoire rocheux afin d’éviter tout risque d’échouage des navettes lors des coups de mistral (demande des armateurs)

Cette mise en sécurité correspond à la zone 1 concerne 21,58 m2 de posidonies.

La zone 2 concerne 2,87 m2 pour la construction de la digue sifflet sud

La zone 3 pour 0,69 m2 correspond à la digue nord

Tous ces herbiers sont prévus être déplacés.


Proposition de zones susceptibles de recevoir les herbiers déplacés

Les contraintes sont les suivantes : Ne pas sortir l’herbier de l’eau et conserver des paramètres proches de la situation existante (Bathymétrie, hydrodynamisme, orientation, ect…)

Le choix de le localisation : Au droit de la zone de déroctage pour les herbiers fixés sur roche

Décalé de quelques mètres pour la tache situé sur la protection de talus du musoir (substrat sableux)

 

Le projet comprend également la création d’une zone de mouillages organisés (mesure réductrice importante pour la protection des posidonies)

En effet, tous les jours à la belle saison, de nombreux mouillages forains et mouillages sauvages se produisent au Sud du port de l’Ayguade

 

A noter que
- la décision du Préfet du Var n° 16/2007 du 17 septembre 2007 portant autorisation d'arrachage, de cueillette ou d'enlèvement de plants d'espèces végétales protégées (Posidonia oceanica) en vue de leur réimplantation ne concerne que les 21,6 m2 de la zone 1 pour la mise en sécurité du plan d’eau.
- Toutes les autres opérations (digue nord et digue sud) devront suivre la même instruction : Passage en Commission Nationale de Protection de la Nature (CNPN) pour avis, puis demande d’arrêté Préfectoral avec tous les avis intermédiaires (Parc national de Port-Cros et Directeur régional de l'environnement) 

Archives

Articles récents